Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

 

 

 

 

 

 

L'UFICT, le syndicalisme CGT spécifique aux cadres.

Liens

Union départementale CGT de la Marne

http://www.udcgt51.fr/

 

Coordination CGT des services publics territoriaux rémois

http://cgt-services-publics-remois.over-blog.com/ 

 

Syndicat CGT Ville de Charleville-Mézières

http://cgtcarolo.over-blog.com/

 

Syndicat CGT des Agents Territoriaux de la Communauté d'Agglomération Charleville - Mézières / Sedan

http://www.cgtcomagglo08.fr/

 

Syndicat CGT du Conseil général des Ardennes 

http://www.cgtcg08.com/

 

CGT territoriaux Amiens

http://territoriaux-cgt-amiens-metropole.over-blog.com/

 

CGT Finances publiques 51

http://www.financespubliques.cgt.fr/51/

 

Conseiller du salarié 51

http://www.conseillerdusalarie51.fr/

 

Observatoire des Risques PSycho - Sociaux au sein de la Fonction publique territoriale

http://www.observatoiredesrpsauseindelafpt.fr/

 

 

Pour un management alternatif

2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 18:53

Diminution du nombre de jours de congés payés dans la fonction publique, heures supplémentaires rémunérées deux fois moins, mise en place d’un revenu universel de base, etc. Le gouvernement finlandais prépare un plan d’austérité pour le début 2016. Des mesures qui frapperont lourdement les fonctionnaires.

 

Une réduction de huit jours des congés payés dans la fonction publique, qui passeraient ainsi de 38 à 30 jours. C’est la mesure “phare” que le nouveau gouvernement finlandais de droite compte mettre en œuvre afin de sortir le pays de la crise dans laquelle celui-ci se trouve depuis trois ans. Ce plan d’austérité, qui vise à abaisser le coût du travail de 5 %, inclut d’autres mesures drastiques : les heures supplémentaires seront payées deux fois moins, la durée des indemnisations chômage sera divisée par deux, de 500 à 250 jours.

Autre idée lancée par le Premier ministre, Juha Sipilä, lors de sa déclaration de politique générale en juillet dernier, le principe d’un revenu universel de base de 1 000 euros pourrait concerner tous les Finlandais, quels que soient leur âge ou leur condition sociale. Charge à chacun de le compléter en tant que salarié ou qu’entrepreneur. En contrepartie, les aides sociales et les retraites seraient supprimées.

Dans les sondages, la population soutient à 79 % cette mesure. Le gouvernement finlandais compte ainsi réaliser paradoxalement de substantielles économies avec la simplification administrative et la suppression de postes de fonctionnaires que ce revenu peut impliquer.

Lanterne rouge de la zone euro

Arrivé en tête lors du scrutin d’avril dernier, Juha Sipilä, qui dirige une coalition de trois partis, avait prévenu ses concitoyens que le remède allait être sévère pour faire redémarrer l’activité économique du pays, à l’arrêt depuis plus de trois ans. Le produit intérieur brut (PIB) est inférieur de 0,3 % à celui de 2010, contre une progression de 2,9 % sur la même période pour la zone euro. Malgré un PIB par habitant qui reste toujours élevé, la Finlande fait figure de plus mauvais élève des 19 pays de la zone euro, à peine devant les pays du Sud (Grèce, Portugal, Espagne et Italie).

Problème essentiel, la production industrielle a reculé de 1,3 % en un an. Principal fer de lance de l’économie nationale entre 1995 et 2008, Nokia a connu de forts trous d’air. L’activité forestière et la fabrication de papier sont en berne et l’un de ses premiers importateurs, la Russie, se porte mal.

Contrairement aux autres pays européens en difficultés financières, où la très forte dette était en cause, la rigueur budgétaire est un credo en Finlande. Avec une dette à hauteur de 63 % de son PIB, la Finlande est dans les clous. Mais le taux de chômage augmente régulièrement, pour atteindre à présent 10 % de la population active. Au lieu de soutenir la faible croissance par la dépense publique – ce qui creuse la dette –, les gouvernements successifs ont choisi de l’alimenter par des hausses de salaires.

Un ancien commissaire européen à la manœuvre

Le plan finlandais d’austérité vise donc avant tout à baisser les coûts salariaux en touchant les salariés plutôt qu’en relançant l’investissement. Les partenaires sociaux ont beau avoir négocié, le gouvernement a annoncé que la seule issue pour les syndicats était d’accepter une augmentation légale de 20 minutes du temps de travail. Les syndicats ont évidemment dénoncé ces mesures, qui “vont mettre à mal les négociations tripartites, les accord collectifs, et la culture du compromis”, explique dans un communiqué le président du syndicat de fonctionnaires Pardia, Niko Simola.

Dans un pays où le consensus était une tradition, les syndicats ont organisé une immense grève générale le 18 septembre dernier ainsi qu’une manifestation suivie par 30 000 personnes. La majorité des trains et des transports urbains ont été supprimés.

Le train de mesures devrait être présenté au Parlement ces prochains jours afin d’entrer en vigueur en mars 2016. Il sera mis en œuvre par Olli Rehn, le ministre des Finances, ancien commissaire européen qui a supervisé les travaux de la Troïka – regroupant la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le FMI –, à l’œuvre en Grèce depuis 2010.

Jean-Bernard Gallois

http://www.acteurspublics.com/2015/10/01/la-finlande-decouvre-l-austerite-ses-fonctionnaires-aussi

Repost 0
Published by UFICT Reims Métropole - dans Austérité Réorganisation
commenter cet article