Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

 

 

 

 

 

 

L'UFICT, le syndicalisme CGT spécifique aux cadres.

Liens

Union départementale CGT de la Marne

http://www.udcgt51.fr/

 

Coordination CGT des services publics territoriaux rémois

http://cgt-services-publics-remois.over-blog.com/ 

 

Syndicat CGT Ville de Charleville-Mézières

http://cgtcarolo.over-blog.com/

 

Syndicat CGT des Agents Territoriaux de la Communauté d'Agglomération Charleville - Mézières / Sedan

http://www.cgtcomagglo08.fr/

 

Syndicat CGT du Conseil général des Ardennes 

http://www.cgtcg08.com/

 

CGT territoriaux Amiens

http://territoriaux-cgt-amiens-metropole.over-blog.com/

 

CGT Finances publiques 51

http://www.financespubliques.cgt.fr/51/

 

Conseiller du salarié 51

http://www.conseillerdusalarie51.fr/

 

Observatoire des Risques PSycho - Sociaux au sein de la Fonction publique territoriale

http://www.observatoiredesrpsauseindelafpt.fr/

 

 

Pour un management alternatif

17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 13:02
Déclaration de la CGT Fonction publique au CCFP du 10 juillet présidé par le ministre M. DARMANIN

Monsieur le Ministre,

C’est peu de dire que les premières annonces du Premier ministre et de vous-même ne réjouissent que modérément la CGT, c’est une façon élégante et adoucie pour vous dire – mais est-ce une surprise ? – que nous y sommes profondément hostiles.
Une formule du Premier ministre, à elle seule, concentre le cœur de notre désaccord : « Il y a une addiction française à la dépense publique dont il faut se désintoxiquer. »
Et, comme c’est de cette doxa libérale – qui ne détient pas un mandat clair des élections – que découlent les arguments fallacieux et préconisation austéritaires, la CGT, à titre d’exemple, veut rappeler un certain nombre d’éléments.

Lorsque Monsieur le Premier Ministre affirme « qu’il faut stopper l’inflation de la masse salariale du secteur public », au mieux, il commet une erreur et, en tout cas, il profère une contre-vérité.

En effet, sur les vingt dernières années, l’ensemble des salaires versés dans les administrations publiques a reculé d’un point dans les dépenses publiques.
Et lorsque, Monsieur le Ministre, vous annoncez, sans la moindre concertation, la reprise du gel de la valeur du point d’indice pour 2017 et 2018, vous prenez la responsabilité d’aggraver une situation déjà bien détériorée.

Quelques illustrations – guère réjouissantes, il faut bien l’avouer – le soulignent amplement :
- Il y a vingt ans, un agent de catégorie C avait une amplitude de carrière théorique de 56%, c’est 43% aujourd’hui ;
- Il y a vingt ans, un cadre était recruté à 60% au-dessus du SMIC, c’est 21% aujourd’hui ;
- Aujourd’hui, un agent recruté dans la 1ère échelle de rémunération peut espérer – au bout de 9 ans – un gain mensuel net d’environ…vingt euros !

Oui, Monsieur le Ministre, ce n’est pas parce que des affirmations sont avancées comme autant de sentences irréfutables qu’elles deviennent des vérités scientifiques.

Les antiennes sur le niveau de la dépense publique – qui handicaperaient notre économie – font partie de ces fausses évidences qui arrangent les visées de celles et ceux qui les mettent en avant.

- En 2012, le Danemark affichait des dépenses publiques à 59,4% de son PIB, davantage donc que la France, le chômage y était de 7%, contre une moyenne de 10,6% dans l’Union européenne (UE), et la croissance y était 4 fois supérieure à celle de l’UE.
- La même année, le Portugal avait des dépenses publiques à hauteur de 47,4% du PIB, mais le chômage y était de 15,3% et la croissance de -1,4%, c’est-à-dire en récession.
- Pour lutter contre la crise, les États-Unis ont fait monter leur déficit public à 13% du PIB en 2009, 2010 et 2011 (plus du double de la France sur la même période) et leur taux de chômage a baissé de deux points.

Monsieur le Ministre, lors de votre discours du 6 juillet « aux États généraux des comptes de la nation » vous avez convoqué deux illustres prédécesseurs…

En effet, en pratiquant l’anaphore, c’est François Hollande qui était à vos côtés, en choisissant les mots de « la vérité » comme socle, c’est Lénine et sa vérité toujours révolutionnaire qui étaient des vôtres.

Permettez-moi au nom de la CGT de – modestement – me glisser dans vos pas.
La vérité, c’est que le Pacte de compétitivité et le CICE coûtent 40 milliards d’euros annuels aux finances publiques. Et, depuis leur mise en place, notre pays compte 500 000 chômeurs en plus ! Et vous ne les remettez pas en cause !

La vérité, c’est que lorsqu’on augmente les salaires des agents de la Fonction publique, ils payent davantage d’impôts, ils s’acquittent de cotisations sociales supplémentaires, ils consomment davantage et participent donc de la relance de l’économie.

La vérité, c’est que les entreprises du CAC 40 ont versé 46 milliards d’euros de dividendes à leurs actionnaires en 2016, 13% de plus qu’en 2015. Et dans le même temps, leurs investissements dans le développement et la recherche sont en baisse !

La vérité, en revanche, c’est que les administrations publiques participent à la création de richesses à hauteur de 20% du PIB et de 17% de l’investissement global.

La vérité, c’est que lorsqu’on transfère au secteur privé des missions publiques, le plus souvent, le résultat est dispendieux en matière budgétaire, mauvais en qualité du service public rendu. C’est vrai pour la gestion de l’eau, par exemple. Et que dire de la privatisation des autoroutes qui a conduit le prix moyen du kilomètre à augmenter deux fois plus vite que l’inflation !

Tout cela pour dire, Monsieur le Ministre, que – dans ce qui vous occupe – il n’y a pas de vérité indépassable, seulement des choix politiques.
Et ceux-là, que ce soit le gel de la valeur du point d’indice, les nouvelles suppressions d’emplois, ou le rétablissement du jour de carence, nous les contestons et nous les combattrons.
Pour autant, la CGT n’est pas pour l’immobilisme : elle est favorable aux réformes et à l’adaptabilité du Service public.

La CGT n’est pas pour la défense étroite de prés carrés : au contraire, la CGT estime et affirme que la Fonction publique et le Statut général des fonctionnaires n’ont de pertinence que si on les lie indissociablement aux besoins de la population, aux enjeux de citoyenneté.

Mais, ce dont la CGT a la conviction, c’est qu’il n’y a pas de progrès social, de développement économique pérenne et équilibré, sans une Fonction publique forte et développée.

Pour cela, nous sommes et serons disponibles.

Nous le serons à partir des nombreuses propositions dont nous sommes porteurs, tant sur les élections professionnelles, que sur le dialogue social, sur les conditions de vie et de santé au travail, sur la pénibilité, sur la formation, sur l’égalité professionnelle, pour citer quelques thèmes que vous avez vous-même mis en avant.
Nous le serons également sur bien d’autres enjeux que nous vous soumettrons dès la rentrée.

La CGT sera donc une interlocutrice franche, exigeante et ambitieuse, parce que, encore une fois, la Fonction publique le vaut bien.

Repost 0
Published by UFICT Reims Métropole - dans Dialogue social
commenter cet article
27 juin 2017 2 27 /06 /juin /2017 10:56
Repost 0
28 mai 2017 7 28 /05 /mai /2017 17:27
Première rencontre avec le ministre de l’Action et des Comptes publics : La CGT porte les revendications des personnels de la Fonction publique

Ce matin, une délégation de la CGT Fonction publique (1) a rencontré Gérald Darmanin, nouveau ministre de l’Action et des Comptes publics.

La CGT a réaffirmé son désaccord quant au périmètre du ministère et à son intitulé, qui lient les enjeux de la Fonction publique aux impératifs budgétaires et privent la Fonction publique d’un ministère de plein exercice.

Nous avons affirmé notre attachement viscéral à une Fonction publique à trois versants, garantie par un Statut général fort.

La CGT a pointé sa disponibilité pour le dialogue avec le gouvernement tout en pointant qu’elle considère qu’un certain nombre de sujets n’est pas négociable. Il en va ainsi en particulier de la valeur unique du point d’indice de la Fonction publique.

La CGT a rappelé la nécessité de mesures salariales générales fortes pour faire face à la baisse de pouvoir d’achat des agents.

Sur les effectifs, nous avons fait part de notre désaccord quant aux projets de poursuite des politiques de suppression d’emplois et relevé que des créations d’emplois sont nécessaires dans de nombreux secteurs. Nous avons souligné que la succession de réformes a désorganisé les missions et conduit à une grande souffrance des personnels. Nous avons par conséquent plaidé pour un état des lieux et un débat public comme préalables à tout nouveau chantier en matière d’organisation des missions.

La CGT a fait part de son opposition au rétablissement du jour de carence, compte tenu en particulier de l’inégalité qu’elle génèrerait entre agents publics et salariés du secteur privé, compte tenu de la plus faible prise en charge de la protection sociale complémentaire par les employeurs publics.

Notre organisation s’est déclarée opposée aux velléités d’allongement du temps de travail des personnels compte tenu de l’accumulation des heures supplémentaires qui ne sont ni payées ni récupérées.

(1) Composée de Mireille Stivala, Secrétaire Générale de la Fédération CGT Santé et Action sociale, Jean-Marc Canon, Secrétaire Général de l’Union Fédérale CGT des Syndicats de l’État et Baptiste Talbot, Secrétaire Général de la Fédération CGT des Services publics

Nous avons également fait part de notre désaccord quant aux volontés de remise en cause des régimes de retraite de la Fonction publique, tout en soulignant l’urgence d’une meilleure prise en compte de la pénibilité tant en termes de prévention que de réparation.

Nous avons souligné notre attachement à la formation professionnelle et à la nécessité de son développement dans la Fonction publique.

La CGT a enfin fait part de sa volonté d’une pleine mise en œuvre de l’accord sur l’égalité professionnelle femmes/hommes dans la Fonction publique, de la poursuite du cycle de dialogue engagé sur les carrières des ATSEM, et de mesures permettant de garantir une participation de haut niveau lors des élections professionnelles de 2018.

Le ministre a rappelé que les engagements pris par le Président de la République constituent la feuille de route du gouvernement.

Il a fait part de sa volonté de mener son action dans le cadre d’un dialogue constant avec les organisations syndicales.

Le ministre a reconnu que la situation salariale des fonctionnaires est préoccupante, en particulier en catégorie C. Il a déclaré qu’un rendez-vous salarial concernant de possibles mesures générales pourrait être organisé au printemps 2018. Concernant notre interpellation sur la valeur unique du point d’indice, il a répondu que le gouvernement souhaite trouver un équilibre entre conséquences des décisions gouvernementales et nécessaire prise en compte des contraintes des élus locaux.

Le ministre a confirmé l’engagement présidentiel sur le jour de carence, tout en indiquant que cette mesure devra tenir compte de la situation salariale des agents et garantir une « équité » entre secteurs public et privé.

Sur les retraites, sans donner davantage de précisions, le ministre a relevé que ce chantier fera l’objet d’un cadre global défini par le Premier ministre, auquel les acteurs de la Fonction publique seront associés.

De nouvelles rencontres bilatérales sont prévues pour le mois de juin, avant une possible réunion plénière en juillet dans le cadre du Conseil commun de la Fonction publique.

Ce premier rendez-vous confirme donc la volonté gouvernementale de mise en œuvre des mesures portées pat le candidat Macron. L’échéance des élections législatives sera donc déterminante. La CGT appelle les agents de la Fonction publique à faire entendre à cette occasion leurs exigences en matière de progrès social.

Elle appelle également au développement des luttes, dans le cadre le plus unitaire possible, pour la satisfaction des revendications et le renforcement de l’emploi public et de nos missions.

Montreuil, le 23 mai 2017

Repost 0
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 12:07
Comité technique du 1er juin

ORDRE DU JOUR

1. Comité technique – Règlement intérieur

2. Allocation aux parents d’enfants handicapés de moins de 20 ans

3. Ressources humaines - Taux de promotion – Détermination

4. Rémunération – Taux des vacations horaires

5. Détermination de la résidence administrative – Indemnités kilométriques

6. Etat des emplois – Modifications

7. Bilan social 2016 (Reims Métropole)

8. Développement des compétences : actualisation du plan de formation

 

Question du syndicat FO :

9. Peut-on faire un point sur la mise en place de l’organisation de la communauté urbaine ?

 

Questions du syndicat CGT :

 

10. Rémunération : RIFSEEP, ISFE, tous les agents et cadres ne s’y retrouvent pas.

Quel est le bilan de mise en oeuvre du nouveau régime indemnitaire. Plusieurs agents nous

ont sollicités à ce sujet, notamment des chefs de projets / responsables de secteur.

 

11. Situation critique du service commun des autorisations d’urbanisme

La CGT et l’UFICT CGT ont avant même la création du service commun des autorisations

d’urbanisme dénoncé l’inadéquation entre ressources et missions et la double dégradation

des conditions de travail et du service public qui en résulterait. Dès 2015 puis en 2016,

nous sommes intervenus à plusieurs reprises en CT. Il est plus que temps que l’employeur

prenne la dimension du problème et affecte les moyens nécessaires. Il en va de la qualité

du service public et de la santé de celles et ceux qui le produisent.

 

12. Séminaire des cadres du 6 juillet

Un séminaire des cadres est prévu le 6 juillet. L’UFICT CGT demande que tous les cadres

A soient invités à cet événement. L’UFICT CGT demande également qu’un point d’étape

de la mise en oeuvre du Grand Reims soit fait à cette occasion.

 

13. Réorganisation de la direction du développement économique

Une réorganisation de la direction du développement économique a été annoncée le 15

mai 2017 à ses agents et cadres, sans aucune concertation. Cette réorganisation

méconnait gravement le fonctionnement de cette direction, ses ressources et ses

compétences. Elle semble motivée davantage par la volonté de recaser une personnalité

extérieure (de la région ou l’un de ses satellites) que par le renforcement de l’équipe

managériale et par le service public. L’UFICT CGT et la CGT demandent la suspension

« sine die » de cette réorganisation et du recrutement connexe, en vue d’un dialogue avec

les agents et cadres concernés permettant la réflexion sur des scenarii organisationnels

alternatifs.

 

 

Questions du syndicat CFDT :

14. Transfert des compétences Voirie et Urbanisme vers l’EPCI : Point sur l’organisation des

services et moyens ?

15. Application de la délibération CC-2017-34 relative au régime indemnitaire : Application

partielle de la délibération alors que les agents remplissent les conditions, quelles en sont

les raisons ?

16. La réforme des rythmes scolaires : Quelle mise en place à la CUGR et impact sur l'état des

emplois ? y-aura-t-il harmonisation entre la Ville de Reims et la CUGR ?

17. Temps de travail : Harmonisation des règlements intérieurs (annualisation, base 1607h….)

18. Frais Kilométriques pour les agents des pôles utilisant leur véhicule personnel pour des

déplacements professionnels au sein de la résidence administrative : Quelle

indemnisation ?

Repost 0
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 17:31

Aux agents de la Fonction publique territoriale

Un nouveau ministère de l’Action et des Comptes publics : en le dénommant ainsi, Emmanuel Macron et Édouard Philippe confirment, s’il en était besoin, leur conception avant tout libérale des services publics et de leurs missions. Nous le contestons
totalement !

Pour l’anecdote, on notera que même Nicolas Sarkozy n’avait pas franchi un tel cap puisque la Fonction publique figurait explicitement dans le titre du premier ministère confié à Éric Woerth.

En effaçant ainsi la Fonction publique, en la rattachant à un département ministériel qui en fera avant tout une variable budgétaire et en y nommant une personnalité fortement ancrée à droite, le Président de la République et le Premier ministre indiquent clairement leur volonté de poursuivre et d’amplifier les nocives politiques d’austérité.

Plus que jamais et sans attendre, la CGT portera ses exigences d’une Fonction publique renforcée, dotée de tous les moyens nécessaires pour mener toujours mieux ses missions publiques pour la population et le progrès social.

Repost 0
12 mai 2017 5 12 /05 /mai /2017 11:30
La CGT et l'UFICT première organisation du Grand Reims en suffrages...

La CGT et l’UFICT CGT

  • 1ère organisation du Grand Reims en suffrages

  • 1ère organisation en catégorie C

  • 1ère organisation en catégorie B

  • 11 élu-e-s pour vous défendre et se battre à vos côtés

Merci à vous pour cette confiance et ce soutien renouvelés, dans un contexte où s’annoncent de nouvelles mesures contre le service public, l’emploi public et les agents publics.

 

CGT et UFICT CGT

FO

CFDT

SA FPT

SUD

CAP A

47 voix (+ 13)-/36%

82

 

 

 

CAP B

56 (+14) / 53%

49

 

 

 

CAP C

148 (+16) / 42%

80

55

39

27

CT

245 (+30) / 34%

255

162

49

 

Total

496 (+73) / 38%

466

217

88

27

 

Comme en 2014, la CGT et son UFICT arrivent en tête en termes de suffrages

Comme en2014, la CGT arrive en tête en CAP C.

A la différence de 2014, l’UFICT (créée en 2012) arrive en tête en catégorie B. Il s’agit là d’une victoire historique.

Comme en 2014, l’UFICT progresse en termes de suffrage en CAP A. 36% des votants et 23% de l’ensemble des cadres A du Grand Reims ont fait le choix de l’UFICT.

Comme en 2014, la CGT et l’UFICT progressent en suffrages.

 

La présence CGT et UFICT CGT dans les instances

3 sièges sur 6 en CAP C (50%)

2 sièges sur 4 en CAP B (50%)

3 sièges sur 7 en CT (42%)

2 sièges en CHSCT sur 5 (40%)

1 siège sur 4 en CAP A (25%)

 

Taux de participation

68% en CAP A

54% en CAP B

47% en CAP C

45% en CT

Repost 0
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 18:38
Mise en place du régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l’expertise et de l’engagement professionnel (RIFSEEP) dans la fonction publique territoriale

Nous sommes nombreux à revoir les arrêtés individuels de mise en œuvre du régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l’expertise et de l’engagement professionnel (RIFSEEP), portant notamment d'une Indemnité de fonctions, de sujétions et d'expertise (IFSE).

Le 3 avril dernier étaient publiés à ce sujet:

Une circulaire de mise en place du régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l’expertise et de l’engagement professionnel (RIFSEEP) dans la fonction publique territoriale.

Vous trouverez cette circulaire ci-dessous ainsi qu'un tableau récapitulatif grade par garde.

L'UFICT CGT est à votre disposition  sur cette question.

Nous rappelons que l'IFSE peut être modulée à la baisse lors de votre entretien annuel d'évaluation !

L'UFICT CGT a été le seul syndicat à s'opposer à la logique qui sous tend le RIFSEEP.

Mise en place du régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l’expertise et de l’engagement professionnel (RIFSEEP) dans la fonction publique territoriale
Repost 0
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 11:39
Repost 0
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 06:54

Les agents publics sont les « parents pauvres » du système de santé, alerte la Mutualité fonction publique (MFP), qui a calculé que 6 agents sur 10 ne perçoivent en moyenne qu'1,60 euro par an de leur employeur pour leur cotisation à une complémentaire, contre 244 euros pour les salariés du privé.

Repost 0
Published by UFICT Reims Métropole - dans Santé au travail Dialogue social
commenter cet article
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 12:48

Un peu d'humour.

Vidéo: état d'avancement des négociations salariales à Reims métropole

Repost 0
Published by UFICT Reims Métropole - dans Dialogue social
commenter cet article